Route Napoléon

« Du 26 février au 7 mars 1815, de l’île d’Elbe à Grenoble, 9 jours qui auraient pu changer la face du monde »

Un peu d’histoire...

La Route Napoléon, est créée en 1932. Longue de 328 km, elle est le trajet emprunté par l’Empereur en mars 1815. Afin de reconquérir la France, il lui fallut rejoindre la capitale, tout en déjouant la surveillance de ses ennemis. Son épopée fantastique débute à Portoferraio sur l’île d’Elbe ; il débarqua, accompagné de 1028 hommes, à Golfe Juan et poursuivit son chemin en direction de Grenoble. Ces 6 jours de traversée audacieuse suffirent à faire de la Route Napoléon un itinéraire mythique ! Pour plus de détails, www.route-napoleon.com

L’itinéraire de la Route Napoléon

La Route traverse 4 départements, 2 régions et 40 villes. Un panneau routier vert avec l’« Aigle » rappelle que vous êtes sur la Route Napoléon, parfois même une plaque commémorative, comme à Upaix, Malijai ou Digne. Aujourd’hui la Route Napoléon est empruntée par de nombreux visiteurs, en voiture, en vélo, en moto, à pied et même à cheval !
La majorité du tracé a été utilisé par la suite par le réseau routier, avec la RN85, mais une petite partie reste encore méconnue car hors des « sentiers battus ». Par exemple le chemin sur la rive gauche de la Durance entre Malijai et Sisteron via Volonne ainsi qu’un autre entre Barrême et Digne-les-Bains.

 

Passage de Napoléon à Sisteron :

A Sainte-Hélène, Napoléon aimait à rappeler à son entourage les épisodes marquants de son retour de l'île d'Elbe et il ne cachait pas combien il avait éprouvé de vives inquiétudes pendant les 5 premiers jours de cette épopée. Ces inquiétudes étaient amplement justifiées, mais là où vraiment tout risqua d'échouer, ce fut devant la Citadelle de Sisteron : le site, les fortifications, une population et un maire royaliste... Les possibilités de résistance pouvaient à cet endroit venir facilement à bout de l'audacieuse équipée. Le 4 mars 1815 au soir, dès son arrivée à Malijai, Napoléon avait expédié Cambronne et cent cavaliers sur la route des Alpes, ayant pour mission de parvenir à Sisteron à marche forcée, il fallait que la ville fût investie coûte que coûte. Ce ne fut que le 5 au matin à 2 heures, que l'Empereur retrouva sa "sérénité" lorsqu'un cavalier revenu de Sisteron lui annonça que la ville était soumise, et toute résistance étouffée. Vers les 10 h du matin, Sisteron s'offrit sans défense à l'Empereur "Soldats, nous voilà sauvés, nous sommes à Paris !" Il entre dans la ville et descend à l'hôtel du Bras d'Or, de la rue Saunerie (plaque souvenir). Après s'être restauré, la population commence à se rassembler et devient nerveuse, Napoléon décide alors de quitter rapidement Sisteron, quelques heures à peine après y être entré.

A découvrir : La Citadelle rappelle le passage de Napoléon : musée hippomobile, lieux napoléoniens, musée de l’épopée du 26 février au 20 mars 1815, point sonore sur le passage de l’Empereur à la terrasse sud, visite fléchée, sonorisée. Ouverture d’avril à novembre. www.citadelledesisteron.fr

ZOOM SUR...
Les Randonnées de la Route Napoléon

- A pied, le chemin de Grande Randonnée pédestre (GR®406) de 165 km reliant Grasse à Sisteron
- A Cheval, un parcours de 350 km sur les traces de L'Empereur, entre Grasse et Vizille.

Carte disponible à l'Office de Tourisme.

 

Entre Haute-Provence et Alpes... 

Bien que situés dans les Hautes-Alpes, les 4 villages suivants rappellent encore la Provence par leurs couleurs et leurs parfums. Au bord de la Durance, Le Poët, Upaix, Ventavon, et Monêtier-Allemont, regorgent d'un incroyable patrimoine culturel et naturel. Les paysages sont à couper le souffle : de magnifiques vergers de pommiers, d’immenses champs de tournesols... agrémentent votre découverte de la Route Napoléon.
 
Napoléon quitta Sisteron à 14h, soulagé de voir la Citadelle derrière lui, et entreprit la traversée de ses 4 villages dans la suite de l’après-midi du 5 mars 1815 ; son but étant d’arriver à Gap avant minuit.
 
Le Poët – Village perché (580m)
L'église St-Pierre et son clocher du XIe siècle sont les pièces maîtresses de ce village, un superbe cadran solaire contemporain orne sa façade d'architecture provençale. Un banc et une plaque commémorative devant l’église du village, rappellent le passage de l'Empereur, qui se serait assis ici devant la bâtisse du bourgeois Amat Laplaine (bâtisse détruite pour améliorer la circulation en 1941). Sur la plaque, on peut lire : « L'Empereur, après avoir tout juste obtenu le droit de passage dans l'étroiture des rochers au confluent de la Durance et du Buëch, éprouva le besoin de s'asseoir au village du Poët où on lui apporta un fruit et un verre de vin. »
 
Upaix – Village perché (720m)
L’un des plus beaux villages perchés avec table d’orientation qui offre une vue panoramique sur les 120 sommets des Ecrins. Le village se divise en hameaux dont celui de Rourebeau, où passe la fameuse Route Napoléon. Un panneau commémoratif installé en bordure de route par l'Association Castrum de Upayssio rappelle le passage de Napoléon. Il reprend le récit du maire d’Upaix, César Flour de St Genis, ancien officier des campagnes d’Italie sous les ordres de Bonaparte, dans son « Mémorial des événements qui intéressent notre famille depuis la Révolution jusqu’en 1827 ». Une halte cordiale … C'est seulement en arrivant à Upaix que l’Empereur put entrevoir un élan de joie concernant sa reconquête du trône. « Ayant ceint l’écharpe rouge que mon adjoint avait eu la précaution de m’apporter, je me portai en avant, suivi de trois ou quatre mille âmes attirées par une poignante émotion. (…). Je reconnus le grand capitaine monté sur un petit cheval arabe blanc, vêtu de l’indispensable capote grise et coiffé du petit chapeau. (…). Je m’avançai vers lui, la foule me suivant à me toucher, et lui adressai d’une voix forte quelques phrases(...) » pour le remercier et le féliciter dans son entreprise de reconquête. Napoléon lui répondit : « Je connais le bon esprit des Dauphinois, je suis tranquille depuis l’heure où j’ai mis le pied sur le territoire des Hautes-Alpes ».

Le saviez-vous ?

Les anecdotes de la Route Napoléon 

- Entre Sisteron et Gap, des paysans tiraient de leur poche des pièces de 5 franc à son effigie et criaient : c’est bien lui !

- A Volonne 200m environ sur la route de l’ancienne voie romaine qui va vers Sisteron, il y a sur le bord de la route une bien curieuse inscription gravée en provençal sur une pierre : EISHI LOU 5 DE MARS 1815 NAPOLEON 1ER P.P » Il faut le secours de Marcel Provence pour traduire : ICI LE 5 MARS 1815 NAPOLEON 1ER PP. (le P grec se prononce PI) Cela veut dire que l’empereur après avoir mangé et bu, éprouva en cet endroit, le désir de satisfaire d’impérieux besoins naturels communs aux grands hommes comme aux autres.

 

Ventavon – Village perché (678m)
Vue panoramique sur la route Napoléon. Eglise du XIIe siècle et château privé du XIIIe siècle, au sein de ses fortifications. Le clocher de l'église et le Beffroi sont illuminés la nuit ! Entre Upaix et Ventavon, on peut encore voir le Pont du Beynon (1777) emprunté par Napoléon, au dessous du pont actuel, n’hésitez pas à descendre le voir. Certains rapportent que Napoléon tenta de le faire disparaître, mais qu’il ne bougea pas d’un millimètre. La réaction de l’Empereur ne se fit pas attendre, devant sa solidité, il s’adressa directement au Pont : « Je t’aurais cru en or massif ».
 
Monêtier-Allemont
Le village fut bâti sur un ancien site gallo-romain. Découvrez l’ancien château, l’église et un cadran solaire contemporain. Le village est entouré de vergers : ne partez pas sans goûter la Golden Label Rouge, la pomme des Alpes à la saveur sucrée ! Napoléon prend la direction de Monêtier-Allemont pour rejoindre Gap. Il s’arrêta à l’ Auberge du Vivas pour changer les chevaux et se réchauffa au coin d’un feu, avant de repartir à la nuit noire.

Explorer
Sisteron Buëch

Je veux vivre des expériences